logo_atome02

Depuis 2006, j'exerce une activité de conseil et d'intermédiation en cession et acquisition d'entreprise et un des problèmes récurrents que je rencontre est une mauvaise valorisation des entreprises par les dirigeants.

En fait, ils ont en tête des montants souvent erronés qu'ils tiennent de certaines personnes de leur entourage et ils sont la plupart du temps incapables d'expliquer et d'argumenter leur prix.

Le bénéfice (non retraité multiplié par 7) c'est réservé aux entreprises high tech ou celles qui sont côtées en bourse. On assiste même sur les marchés à la décôte d'un titre en raison d'une survalorisation de ses actifs.

Il existe nécessairement lors de la vente d'une entreprise, une valeur financière qui ressort des bilans, qui est différente de la valeur de marché ou de négociation.

Les dirigeants sont obligés de connaître et comprendre cette valeur financière qui est mathématique. C'est la raison pour laquelle les bilans doivent être décortiqués poste par poste pour vérifier si des retraitements à la hausse ou à la baisse sont à effectuer.

Ex. : Prenons le cas d'une entreprise réalisant 50 K€ de bénéfice net. En regardant de plus près, on s'aperçoit que même s'il existe un bail, le dirigeant ne règle aucun loyer à sa SCI. Ici en fait, la rentabilité s'il fallait tenir compte de l'enregistrement de la charge de loyer, impacterait de façon importante la valeur financière.

 

La seconde difficulté que j'observe est l'absence de préparation de la cession, notamment sur la présentation de l'entreprise.

Un acquéreur intéressé se présente et on lui envoie les 3 derniers bilans voire un seul qui n'est même pas actualisé. Cela n'est pas sérieux et revient à donner à l'acquéreur un travail important d'analyse et de synthèse avant de bien comprendre le fonctionnement de l'entreprise et cela retarde son positionnement.

Un Cabinet spécialisé dans la vente d'agence immobilière et syndic m'a récemment adressé un dossier de vente dont le PDF fait 135 pages dans le cadre de la vente d'une agence immobilière réalisant 173 K€. Je n'ai même pas envie de commencer à l'étudier car aucun travail de synthèse n'a été effectué. 

Faire un AUDIT AVANT DE CEDER :

* en vérifiant que le prix souhaité est conforme à la valeur financière
* en constituant un dossier présentant l'exploitation de façon claire et concise sans avoir à transmettre d'emblée tous les éléments financiers

sont des points incontournables pour ceux qui ne veulent pas avoir de désillusion, même s'il convient d'engager quelques frais.

FRANCOIS GAUDRY 0 699 37 58 27
gérant de la société ATOME CONSEIL